dimanche , 22 avril 2018
In this photo taken by an individual not employed by the Associated Press and obtained by the AP outside Iran, university students attend a protest inside Tehran University while a smoke grenade is thrown by anti-riot Iranian police, in Tehran, Iran, Saturday, Dec. 30, 2017. A wave of spontaneous protests over Iran's weak economy swept into Tehran on Saturday, with college students and others chanting against the government just hours after hard-liners held their own rally in support of the Islamic Republic's clerical establishment. (AP Photo)

En Iran, au moins six morts dans les manifestations contre la vie chère et la corruption

La vague de manifestations qui agitent l’Iran connaît ses premières victimes. Au moins six personnes sont mortes pendant le week-end du 30 et 31 décembre, en marge des rassemblements antigouvernementaux qui ont eu lieu dans plusieurs grandes villes du pays.

Dans le détail, on sait pour l’heure que deux manifestants ont été tués par balle à Izeh, ville du sud-ouest de l’Iran, selon le député local Hedayatollah Khademi, cité par l’agence Ilna (proche des réformateurs). Deux autres personnes ont péri dans la ville de Doroud (Ouest) dans un incident lié indirectement aux manifestations, a fait savoir le préfet de la ville à la télévision d’Etat. Samedi soir, deux personnes avaient également été tuées dans cette même ville, mais le vice-gouverneur de la province avait affirmé que les forces de l’ordre n’avaient pas tiré sur les manifestants.

La télévision iranienne a évoqué le chiffre de dix morts, uniquement dans la nuit de dimanche à lundi, sans donner plus de précisions sur ce bilan.

Jamais vu depuis 2009

Pour la quatrième nuit d’affilée, les Iraniens sont de nouveau descendus dimanche soir dans la rue pour protester contre le pouvoir et les difficultés économiques. Le mouvement, partie jeudi de Machhad, la deuxième ville du pays, s’est propagé à travers le territoire, gagnant même Téhéran. Des protestations contre la vie chère et le pouvoir corrompu qui sont sans pareil dans le pays depuis 2009.

Selon des vidéos mises en ligne par les médias iraniens et les réseaux sociaux, les manifestants ont attaqué et parfois incendié des bâtiments publics, des centres religieux et des banques ou des sièges du Bassidj (milice islamique du régime). Les manifestants ont aussi mis le feu à des voitures de police.

Pour tenter de limiter l’ampleur des manifestations, l’accès à Internet et aux réseaux sociaux a été restreint par intermittence depuis ce week-end. Dimanche après-midi, l’accès à la messagerie cryptée Telegram, très utilisée en Iran, était limité.

Lire aussi : Iran : le président Rohani sur la corde raide face aux manifestations

« Fauteurs de troubles et hors-la-loi »

Les violences de dimanche soir ont eu lieu malgré un appel du président Hassan Rohani au calme. Dans un discours diffusé à la télévision nationale dimanche soir, le chef de l’Etat a tenté à la fois de ménager les manifestants et ses propres adversaires conservateurs. Hassan Rohani a condamné « la violence et la destruction de biens publics », mais il a affirmé qu’il fallait créer « un espace pour que les partisans de la révolution et le peuple puissent exprimer leurs inquiétudes quotidiennes ».

Suite à cette nouvelle nuit de violences, le président Hassan Rohani a déclaré lundi que le peuple iranien répondrait aux « fauteurs de troubles et hors-la-loi ». Depuis le début des troubles, quelque 400 personnes ont été arrêtées, dont 200 à Téhéran, selon les médias. Une centaine ont ensuite été libérées.

Lire aussi : Iran : la photo d’une femme devenue l’icône des protestations n’est pas liée au mouvement

De son côté, le président américain Donald Trump a affirmé que « le temps du changement » était venu en Iran. Revenant à la charge contre le régime iranien, ennemi juré des Etats-Unis, le président américain a dit que « les régimes oppresseurs ne peuvent perdurer à jamais ».
En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/proche-orient/article/2018/01/01/iran-deux-nouveaux-manifestants-tues-dimanche-soir_5236454_3218.html#uWRm6L6TTiRTkEM5.99

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *