jeudi , 22 février 2018

Ville intelligente : Bill Gates veut construire une smart city

Laurent Sacco

Bill Gates vient de prélever 80 millions de dollars dans sa fortune, une goutte d’eau, pour acheter des terrains en Arizona. L’objectif est d’y développer un laboratoire pour les villes de demain, c’est-à-dire une « smart city », une ville intelligente du nom de Belmont.

Bill Gates vient de confirmer qu’il entend bien être un de ces technos entrepreneurs philanthropes dont parle Peter Diamandis dans son livre Abundance: The Future is Better Than You Think, c’est-à-dire ces milliardaires issus de la high tech qui investissent dans des projets destinés à relever les grands défis de l’humanité du XXIe siècle. Bill Gates se préoccupe notamment du problème de l’énergie dans un monde confronté au réchauffement climatique et, comme tous les experts sérieux comme le climatologue James Hansen, il sait bien que même si l’on doit poursuivre le développement des énergies renouvelables, non seulement il faudra maintenir l’énergie nucléairemais aussi augmenter le nombre de réacteurs. Les Chinois et les Indiens en sont bien conscients, et c’est d’ailleurs ce qu’ils sont en train de faire.

Toutefois, il n’y a pas de solution miracle unique. Il nous faudra changer nos modes de vie et utiliser la technologie pour réduire les consommations d’énergie et de matières premières, alors que la population humaine continue de croître et de se concentrer dans les villes. Il va falloir développer aussi un monde où l’intelligence et les connaissances, aussi bien celles des Hommes que celles des intelligences artificielles, vont devenir de plus en plus indispensables pour éviter des catastrophes humaines majeures.

Bill Gates prend très au sérieux le réchauffement climatique et la nécessité de décarboner l’économie pour sauver le climat. Le développement de nouveaux réacteurs nucléaires est une des solutions indispensables. © TED

Belmont, la ville intelligente de Bill Gates

Bill Gates vient de prendre un autre train en marche avec cet objectif, celui du développement programmé et déjà en cours des « smart cities », les villes intelligentes. Cascade Investment, un fonds d’investissements américain détenu par Bill Gates et basé à Kirkland aux États-Unis, est désormais utilisé par le milliardaire pour acheter à hauteur de 80 millions dollars des terrains en Arizona.

 Le but est d’y construire une smart city, nommée Belmont, située à 45 minutes de voiture de Phoenix, la principale ville de l’Arizona. Les détails manquent mais il doit incontestablement s’agir d’un laboratoire pour mettre au point des technologies et un savoir concernant l’urbanisme.

Une ville intelligente, une smart sity, c’est quoi ? Un début de réponse dans cette vidéo. © Vinci Energies

Le but est sans doute d’apprendre à construire des communautés dans des villes soucieuses du développement durable, écologique et avec une empreinte carbone aussi basse que possible, économisant l’eau, l’énergie et les matières premières. Le vidéo ci-dessus donne une idée de ce que seront les smart cities.

On doit s’attendre à ce que Belmont soit équipée de réseaux numériques haut débit et de serveurs de données, avec des transports de personnes assurés par des véhicules autonomes, comme Bill Gates le pense depuis des années. Il est probable que la ville soit aussi à la pointe de la technologie avec des centres de production utilisant la robotisation, l’intelligence artificielle, etc.

www.futura-sciences.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *